Gateau illustrant l'article Photographies de mariage en JPEG ou RAW

Photos de mariages au format jpeg… ou raw ?

Il arrive parfois que les futurs mariés s’interrogent sur le format dans lequel je leur soumets les photographies de mariage.

En JPEG ou en RAW ?

Pour celles et ceux qui ne sont pas familiers avec ces deux extensions, laissez-moi vous expliquer (très succinctement) la différence.

Le JPEG est une image compressée et traitée (codage), en d’autres mots, allégée d’informations peu ou pas essentielles ayant pour conséquence d’influer sur la qualité de l’image et l’allégeant au niveau du poids (informatique). (Pour information, le poids d’une image en 20,7 millions de pixels est d’environ 10Mo)

Le processus (l’algorithme de codage/décodage) faisant cela est établi par le Joint Photographic Experts Group.

Le photographe décide du niveau de compression qui sera appliqué sur son appareil (les options, en général étant Fine, Moyenne et Basique) et ce dernier prendra des images et les compressera directement lors de l’enregistrement de la photo.

Il va sans dire qu’un photographe de mariage professionnel utilisera le mode « Fine », la compression la moins importante, pour préserver des images en JPEG de la plus haute qualité.

Lorsqu’une personne visionne les images de son mariage, elle est assurée que le logiciel de lecture d’images saura les décompresser et les lire (visionner) sur n’importe quel ordinateur ou terminal, smartphone compris.

 

Le RAW (« Cru » en Anglais) est le fichier numérique de l’image à l’état brut… Toutes les informations concernant l’image sont présentes, rien n’est compressé ou perdu. (Pour information, le poids d’une image en 20,7 millions de pixels sera d’environ 40Mo)

Mais tel quel, cela ne suffit pas pour voir l’image. Il vous faudra un logiciel spécifique pour lire les informations et pour que l’image prenne forme. Et pas uniquement un logiciel mais aussi un opérateur sachant quelles informations utiliser et dans quels dosages.

 

Cela vous semble difficile à comprendre ?

Laissez-moi faire une analogie : si l’image est le gâteau, le RAW constitue les ingrédients. Avoir tous les ingrédients ne vous suffira pas pour obtenir votre gâteau : il vous faudra choisir le dosage des ingrédients, les mettre ensemble puis… les cuire ! Pour le RAW, il en est de même : il faudra mettre les informations ensemble, dans les doses appropriées et procéder à sa « cuisson » par le biais d’un logiciel spécifique.

Et pour cet(te) photo/gâteau, le photographe/chef utilisera un logiciel/four approprié.

Compliqué ? Peut-être. Simple ? Certainement pas !

 

Alors… JPEG ou RAW ?

Pour résumer, le JPEG vous offre l’opportunité d’avoir vos images disponibles dès la prise de vues, en contrepartie d’une très légère, voire négligeable, perte de qualité en mode ‘FINE’.

Le RAW vous permet d’enregistrer l’image avec toutes ses informations mais ne sera exploitable qu’après avoir… cuisiné l’image.

Mon choix, en tant que photographe de mariage à Paris, est par conséquent, de prendre les photographies d’un mariage (1000 à 2000 photos) en mode JPEG ‘FINE’ avec une compression privilégiant la qualité. Il m’arrive, néanmoins, lorsque je pense qu’une prise de vue, lors d’un mariage, pourrait nécessiter des retouches techniquement complexes, de capturer l’image en mode JPEG+RAW.

Finalement, il faut savoir qu’aucun photographe de mariage digne de ce nom ne procurera aux mariés une image en RAW. Cela équivaudrait à remettre l’original (ou à l’époque de l’analogique – le négatif), ou de remettre la recette du gâteau ainsi que les ingrédients… mais pas le gâteau !